En quelques mots

Les inégalités sociales de santé font référence à des écarts de santé associés à des avantages ou à des désavantages socio-économiques (p. ex. revenu, niveau de scolarité, inclusion sociale). En d’autres termes, les personnes fragilisées socialement auront plus de risques d’être atteintes de maladies.

En créant des environnements favorables à la santé, on touche tous les usagers d’un milieu de vie, quelque soient leurs caractéristiques socio-économiques. C’est donc un excellent moyen de promouvoir et d’améliorer la santé des populations-cibles de l’action sociale.

Les politiques d’action sociale visent à prévenir, supprimer ou atténuer les situations de détresse et les problèmes sociaux, au niveau individuel ou collectif, ou à favoriser le bien-être des groupes plus fragiles de la société (source: OFAS).

Quel est le lien avec les environnements favorables à la santé ?

Parmi les facteurs qui déterminent l’état de santé de la population, on trouve les caractéristiques socio-économiques, comme le revenu, la formation ou l’inclusion sociale. On parle d’inégalités sociales de la santé pour décrire les écarts de santé associés à des avantages ou à des désavantages sociaux. Les populations vulnérables (ou fragilisées) sont donc une population-cible des politiques sociales comme de la promotion de la santé.

Ces écarts peuvent être conséquents. Par exemple, en Suisse, les personnes disposant d’un bas revenu ont un risque six fois plus élevé de développer un cancer du poumon que les personnes disposant d’un revenu élevé (source : OFSP).

Les environnements favorables à la santé en particulier sont un moyen de lutter contre les inégalités sociales de la santé. L’objectif est de modifier l’environnement de vie de la population pour faciliter les choix bénéfiques à la santé. L’avantage de cette approche est de pouvoir toucher toute la population, quelque soient les caractéristiques socio-économiques. Les exemples de mesures qui suivent illustrent cette démarche.

Pratique d’une activité physique

L’activité physique ne se résume pas au sport et peut être intégrée dans le quotidien, sous forme de marche par exemple :

  • La création de cheminements piétons attractifs et sûrs permet aux habitants d’un quartier ou d’une commune de se déplacer à pied ;
  • Le développement des espaces verts dans les quartiers et les communes offre des opportunités de se délasser et se dépenser physiquement.

Alimentation

  • L’affichage d’informations nutritionnelles aisément compréhensibles sur les aliments, par exemple à l’aide d’un code couleur, permet de sélectionner un panier équilibré d’aliments sans connaissances particulières en nutrition ;
  • Le développement d’une offre alimentaire équilibrée dans tous les quartiers et les commerces permet à tous les habitants de disposer d’une offre alimentaire équilibrée.

Consommation de tabac et d’alcool

Un environnement favorable à la santé est un environnement qui ne facilite et n’encourage pas la consommation de tabac et d’alcool. En ce qui concerne le tabac en particulier, la consommation (et donc le risque de maladies) est plus élevée dans les populations vulnérables (les données sont moins claires en ce qui concerne la consommation d’alcool).

Une réglementation est nécessaire pour agir sur ces deux facteurs de santé, comme par exemple l’augmentation du prix des produits du tabac ou des boissons alcoolisées.

Quel est l’intérêt de créer des environnements favorables à la santé ?

Les études ont démontré que l’activité physique, l’alimentation, le tabac et l’alcool sont quatre facteurs d’influence sur les maladies non transmissibles (comme les maladies cardiovasculaires, le cancer ou le diabète). En créant des environnements favorables à la santé, on agit sur les facteurs d’influence des maladies non transmissibles, ces dernières étant responsables de la majorité des décès dans les pays occidentaux. Des informations plus détaillées sont disponibles sur les maladies non transmissibles et les facteurs d’influence de ces maladies.

Il est d’autant plus nécessaire d’agir auprès des populations vulnérables qu’elles souffrent plus de ces maladies. Des informations plus détaillées sont disponibles sur les inégalités sociales de la santé.

Que puis-je faire ?

En tant que professionnel-le de l’action sociale, vous cherchez à améliorer la situation des groupes les plus vulnérables de la société. En travaillant de concert avec les professionnels de la promotion de la santé e d’autres métiers, vous pouvez mettre en œuvre des environnements favorables à la santé, qui réduiront le risque des maladies sur les populations vulnérables.

Le répertoire des mesures liste toutes les mesures (et des exemples de réalisations) qui permettent de créer des environnements favorables à la santé. Le moteur de recherche vous permet d’utiliser différents filtres pour cibler vos recherches, dont :

  • « Facteur de santé » (par exemple : tabac)
  • « Age-cible » (exemple : personnes âgées)
  • « Milieu de vie » (exemple : écoles)

Le filtre « Politique publique » permet aussi d’afficher les mesures en lien avec l’action sociale. Comme un environnement favorable à la santé l’est pour toute la population qui le fréquente, la plupart des mesures du répertoire sont affichées en actionnant ce filtre. En d’autres termes, la plupart des mesures du répertoire sont applicables à des populations vulnérables

Quelques ressources pour en savoir plus

Ressources du site :

Ressources externes :